Déconcertation

deconcertation

Déconcertation, du collectif Grand Ensemble (2011, 50 min)

 



Synopsis

Dans Déconcertation, 50 comédiens amateurs rejouent la concertation ayant précédé le grand chantier du « Carré de soie » dans la banlieue est de Lyon. Improvisant à partir d’une trame argumentative issue de la transcription des échanges réels, ils ont inventé les personnages fictifs qu’ils ont incarnés à l’écran. Sept ans après cette consultation, alors que le centre commercial brille de tous ses feux, ils réinventent les voix singulières des citoyens faceau discours des responsables du projet..

 


Un film élaboré collectivement à partir d'une vraie concertation publique

Depuis 2008, nous observions avec attention les transformations d'un vieux quartier industriel de la banlieue lyonnaise, en cherchant comment raconter de manière pertinente les processus en cours. Ce quartier, organisé autour d'une gigantesque usine de soie artificielle qui a fermé ses portes depuis plus de trente ans, est entré en 2003 dans un processus de « renouvellement urbain ». Ce grand projet, qui va se dérouler sur plusieurs décennies, a débuté par la réalisation d'un pôle de commerce et de loisirs : le Carré de Soie. C'est cette démarche qui est exposée aux participants de la concertation par les responsables politiques, les techniciens, et les différents opérateurs privés.

 

La transcription des échanges ayant eu lieu en 2003, lors des concertations préalables à la construction du centre commercial a été notre matériau de départ, à partir duquel nous avons dégagé une mécanique argumentative en trois actes. Tous les propos des élus ont été rassemblés pour constituer le texte du personnage fictif de « Puissance Publique » ; « Puissance Privée » reprenant les mots des promoteurs et autres opérateurs privés.  Tous deux sont accompagnés d'une « spécialiste » et d'un « facilitateur » pour convaincre les habitants du bien-fondé de leur démarche.

 

Face à cette trame argumentative, chevillée au réel, les comédiens amateurs ont créé, donné corps et voix à des personnages d'habitants. Parmi eux, quelques-uns avaient été directement concernés, voire impliqués dans ces débats.  Certains avaient été très déçus, d’autres s’étaient soigneusement tenus à l’écart, estimant la partie jouée d’avance. Cependant, le groupe réuni pour la réalisation du film, plus large, et d’une grande mixité sociale, a permis aux uns et aux autres, en comparant leurs expériences vécues ici ou là, de prendre la mesure du particulier et du général. Le jeu dramatique a peu à peu créé une distance par rapport à une réalité sur laquelle la plupart des membres du groupe avaient l’impression de n’avoir aucune prise, déplaçant le propos dans le champ de la fiction. Ainsi, Déconcertation fait exister, en les ré-inventant, des voix absentes du débat public. La re-création de cette « part absente » est donc devenue l’affaire de tous. C'est ainsi que la portée du film devient générale, questionnant le statut de la parole des citoyens et la réalité de l'exercice pratique de la démocratie dans nos « Démocraties ».

 

Source : http://www.grandensemble.fr/news/65/66.html

 

 

Bande Annonce :

 

https://www.youtube.com/watch?v=KhVp59vVf2M&;feature=player_embedded