Deuxième festival du documentaire politique et social en Creuse

Présenté par : Autour du 1er mai - Creuse Citron - Emile a une vache - Mémoire à vif - Peuple et Culture 19 - La loutre par les cornes.

Le vendredi 12 juin 2009 : à l'Atelier (Royère de Vassivière) à partir de 21h30.

Le samedi 13 juin 2009 : au Villard de 10h à 24h.

Creuse-Citron

Creuse-Citron est un journal creusois écrit, fabriqué et distribué par des libertaires déterminés à vivre la liberté d’expression.

Le journal a été créé un peu par le hasard des rencontres. Un certain nombre de personnes issues du milieu libertaire ou anarchiste (au sens large) ont eu envie de continuer à communiquer leurs idées même si ce n'était plus sous une forme militante classique. Les horizons dont nous venons sont très variés : syndicalisme, individualisme, écologie, communisme libertaire,... Ce « collectif » plus ou moins structuré a ressenti le besoin de ne pas abandonner la lutte politique que nombre d'entre eux avaient mené ou mènent encore depuis pas mal d'années. Mais l'envie, c'était de faire un peu autre chose que l'action militante de base. De plus, il faut savoir que les publications (journaux, brochures,...) sont un moyen récurrent des milieux libertaires qui donnent une très grande importance à l'éducation et à la culture. Pendant la révolution espagnole (1936-1939), les publications anarchistes (anarcho-syndicalistes ou autres) étaient très nombreuses : dans certaines régions, chaque village avait son propre journal qui servait de support à la formation des militants, à l'information, à l'éducation, à la réflexion politique, à l'action politique...

Avec Creuse-Citron, nous voulons faire connaître des faits peu divulgués mais importants ainsi que les idées libertaires comme grille de lecture du monde dans lequel nous sommes. Nous voulons aussi montrer qu'il est possible de véhiculer d’autres idées que celles que nous assènent la plupart des médias. Avec cet outil « politique » qu'est le journal, nous espérons développer l'esprit d'analyse, d'interrogation, de critique pour être mieux à même de lutter contre cette société capitalisme aux effets dévastateurs et proposer une alternative pas toujours bien connue.

Le journal peut aussi servir de catalyseur à la constitution d'une sorte de « pôle » rassembleur des personnes qui se reconnaissent dans la philosophie libertaire et qui ont la volonté de participer à des luttes et/ou de construire des espaces alternatifs. Tout est possible : nous retrouvons ici un des fondements de la pensée libertaire. Une disponibilité sans limites et sans contraintes.

Creuse-Citron est trimestriel avec de temps en temps des numéros spéciaux (sur les services publiques, sur Watkins-Munch,...).

Creuse-Citron est diffusé par abonnement, dans des dépôts listés à la dernière page du journal et lors de salons, forums, conférences, manifestations de rue...

Courrier : c/o CNT23 BP 2 23000 Ste Feyre,

Courriel : creusecitron(at)free.fr.

Émile a une vache

Site Web

Emile a une vache est une association loi 1901, créée le 25 février 2004 à Royère de Vassivière.

La vocation de l’association est de développer l’accès à la culture sur le Plateau de Millevaches. Son projet se distingue par un effort constant d’ouverture vers l’ensemble de la population de zone d’intervention et par une programmation pluridisciplinaire.

L’association organise toute l’année des concerts, des projections, des expositions et des spectacles et en octobre les Journées Editions et Bandes Dessinées Indépendantes.

L’association a la conviction qu’une politique culturelle de proximité est une des réponses les plus pertinentes et sans doute incontournables au développement de l’accès à la culture sur un territoire enclavé comme le plateau de Millevaches :

La question de l’accès se vit en premier lieu au sens physique du terme, tant les transports sont problématiques. Mais l’association privilégie également les actions régulières (donc accessibles dans le temps) et gratuites (accessibilité financière). Elle s’attache par ailleurs à favoriser la relation entre l’artiste et le public dans un souci « d’accessibilité intersubjective » mais également avec la certitude que l’échange est gage de qualité des oeuvres présentées. Enfin l’association considère que son objectif de développement culturel en milieu rural passe nécessairement par une programmation pluridisciplinaire (accès à toutes les pratiques artistiques).

En définitive l’action de l’association se situe tant au niveau social qu’au niveau culturel.

Mémoire à Vif

Site Web

Mémoire à vif est née de la résurgence d’une résistance locale à la Guerre d’Algérie en mai 1956, où des rappelés, soutenus par la population de La Villedieu, petite localité de la Creuse, ont manifesté leur refus de partir en Algérie.

Depuis sa création en octobre 2001, l’association mène une réflexion sur la mémoire, plus particulièrement sur les mémoires occultées (Révolution Espagnole, fusillés pour l’exemple de la Première Guerre…), qui s’efforce de déboucher sur des solidarités avec les combats d’aujourd’hui. A travers cinéma, théâtre, musique, chansons, Mémoire à Vif fait se rencontrer des artistes, régionaux ou non, professionnels ou amateurs, et donne la parole à tous pour que le passé de l’un vive et s’enrichisse du présent de l’autre, et vice et versa.

Peuple et culture 19

Site Web

Dans le massif du Vercors, pendant l’occupation nazie, des « équipes volantes » vont de maquis en maquis pour former les jeunes résistants, la plupart ouvriers et paysans. Ces hommes et ces femmes croient au pouvoir qu’ont la pensée, la philosophie, l’histoire, la poésie, le théâtre, le chant et les arts, de nourrir la résistance à la domination. Ils rêvent de rendre « la culture au peuple et le peuple à la culture ». À la Libération, ce mouvement devient l’association Peuple et Culture.

Peuple et Culture Corrèze est créé au printemps 1951.

Dans un département profondément rural dénué de structures culturelles l’association engage un travail pionnier de formation intellectuelle, civique et artistique pour ceux que l’école a quittés trop tôt. Accueil des grandes troupes de la décentralisation théâtrale avec la constitution de réseaux de spectateurs actifs ; veillées de lecture pour la découverte d’écrivains et de poètes ; ciné-clubs dans les villages et les usines, où sont projetés des films de Chris Marker, Alain Resnais, Joris Ivens, Roberto Rossellini, Georges Rouquier…

C’est sur cet humus-là et à partir d’un large réseau humain constitué en profondeur, que Peuple et Culture Corrèze invente et développe aujourd’hui ses actions. Droit de questions, relais artothèque du Limousin, résidences d’artistes plasticiens, ateliers de pratiques artistiques et bien sûr son réseau de diffusion du cinéma documentaire en milieu rural et le pont qui s’est récemment construit avec Autour du 1er mai.

La loutre par les cornes

Une nouvelle association vient d'être créée sur Royère de Vassivière (fin 2008). Elle a pris pour nom « La loutre par les cornes ».

Nous savons que nous devrons fournir beaucoup d'efforts pour atteindre un tant soit peu l'objectif (bien peu modeste !) de notre association : « développer toute démarche culturelle et sociale visant à l'émancipation de toutes les personnes, ceci dans une perspective libertaire ». Aussi ce n'est qu'en prenant « la loutre par les cornes » que nous pouvons, peut-être, avoir quelques espoirs de ne pas trop démériter.

La démarche culturelle sera ouverte à tous les domaines, sans exclusive : concerts, projections, expositions, débats, lectures, mise à disposition de livres, journaux, films... Assez rapidement, devrait se mettre en place aussi un petit atelier de sérigraphie... et, peut-être, de reliure.

La démarche sociale devrait s'ancrer dans la participation aux diverses luttes de la région et d'ailleurs, mais aussi dans des soutiens, des aides... Là encore, aucune exclusive.

En densifiant cette région (Royère de Vassivière et alentours) en associations et autres collectifs « engagés », nous pensons que cela renforcera et accélèrera une dynamique essentielle au développement de modes de vie, de relations sociales, d'attitudes qui nous sont chers ; ceci, même si en ces temps d' « anti-terrorisme » délirant, un certain soupçon risque d'être jeté sur notre démarche.

Autour du premier mai

Comment avoir accès au territoire du cinéma , tout le territoire.... c' est à dire aux films produits de façon classique , documentaires ou fictions, comme aux films éphémères , les films produits par des amateurs, les syndicats, les comités d'entreprise, les associations qui témoignent à leur manière des questions que se pose la société. C'est en 1995, à l'occasion du mouvement des cheminots, que germe l'idée de créer une base documentaire en ligne, qui recenserait tous les films depuis les débuts du cinéma, de façon thématique , et qui, surtout dirait où on peut les trouver.

Pourquoi 1995 ? 30 films , au moins sont nés pendant l'immense grève qui essayait déjà de s'opposer aux menaces du libéralisme, et aux bradage des acquis populaires, nés de la Résistance et de son programme. La base verra le jour à Tulle, car une profonde complicité unit Sylvie, à l'origine du projet de création de la base, Manée, Dominique de Peuple et Culture....

Aujourd'hui, cet outil est à la disposition de tous ceux qui cherchent un film, ou qui connaissent des films qui pourraient entrer dans la base. 26 chemins d'accès, un découpage historique permettent de découvrir ou redécouvrir des films qui depuis les débuts de l' histoire du cinéma ont accompagné les questionnements sur la société et son devenir.

Saluons l'arrivée de Marie Durin, déléguée générale de « Autour du 1er mai » qui fera découvrir la base à qui le désire, habitants, militants associatif ou syndicaux, enseignant ou animateur social …N'hésitez pas à nous signaler l'existence de films peu diffusés que vous connaissez, nous les mettrons dans la base.

Contact : marie-durin@orange.fr ou 05 55 21 99 90